AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [tour 3] Tirésias VS Ortica - Un bunker mystérieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ortica
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3353
Age : 33
J'habite à: : Neuchâtel
Je joue à: : WH40K; FOW
Mes armées sont: : GI; US late

Date d'inscription : 14/08/2007

Profil du joueur
Lieu: Neuchâtel
Jeux actifs: WH40K, FOW
Fréquence de jeu: Moins de 1x par mois

MessageSujet: [tour 3] Tirésias VS Ortica - Un bunker mystérieux   Dim 24 Juil - 0:28

Bonjour le monde!

Ce samedi, nous avons fait 7 h de jeux de figurine (enfin moi, Tirésias a rempiler pour des parties de Battle!!!! cyclops )

Alors la partie IN DOOR qui a eu lieu dans un mystérieux complexe de l'Inquisition s'est terminée sur une "victoire" de la garde impériale.

Pourquoi les "" vous me direz!?! deux réponses:
1 il n'y pas de victorieux car la mission n'entre pas dans l'évolution de la campagne. Elle était là par pure but d'étofer le fluff de la campagne. (Merci à nos organisateurs Razz )

2 Nous n'avons pas fini la partie jusqu'à l'extermination complète du derneir méchant qui était assurée, mais trop long. Nous avions d'autres chats a foueter...

Je vous pondrais une petite histoire pour raconter la progression laborieuse de la patrouille impériale.

Je peux déjà vous dire qu'une section de GI a bien gagné sa caisse de bière!

_________________

THX to Mellanius
Revenir en haut Aller en bas
Ortica
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3353
Age : 33
J'habite à: : Neuchâtel
Je joue à: : WH40K; FOW
Mes armées sont: : GI; US late

Date d'inscription : 14/08/2007

Profil du joueur
Lieu: Neuchâtel
Jeux actifs: WH40K, FOW
Fréquence de jeu: Moins de 1x par mois

MessageSujet: Re: [tour 3] Tirésias VS Ortica - Un bunker mystérieux   Jeu 28 Juil - 0:56

Bon... je crois que je me suis un peu laissé allé... 6 pages de texte Razz
Je suis le premier a me pleindre des longue tirades sur le forum, alors pour résumer.

Ayant prévu une liste très populeuse, j'ai contre carré les plan de Tirésias. Avec en plus une bonne réussite aux dés, j'ai atomisé tout ce qui se toruvaient devant moi. Obligeant même Tirésias à improviser et à faire réapparaitre une escouade de stealer dans mon dos pour me faire plus mal.
mais rien n'y faisait j'ai exterminé ceux la aussi cheers

Même l'escouade des troupe de choc et du space marine s'est fait anéantire en une phase de tir!

Pour ce qui est du fluff de la campagne, allez au dernier paragraphe de l'histoire!

Bonne lecture...

_________________

THX to Mellanius
Revenir en haut Aller en bas
Ortica
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3353
Age : 33
J'habite à: : Neuchâtel
Je joue à: : WH40K; FOW
Mes armées sont: : GI; US late

Date d'inscription : 14/08/2007

Profil du joueur
Lieu: Neuchâtel
Jeux actifs: WH40K, FOW
Fréquence de jeu: Moins de 1x par mois

MessageSujet: Re: [tour 3] Tirésias VS Ortica - Un bunker mystérieux   Jeu 28 Juil - 0:57

Citation :
Rapport de reconnaissance numéro 512
Objectif : Bunker non répertorié, secteur sud de Valavan
Particularité : Présence établie des saintes forces inquisitoriales
Effectif du détachement : 55 soldats des FDP du 2e régiment de Véridian
Ordre de mission : Recherche et récupération de renseignement
Bilan de mission : En attente, un survivant, pronostique vital critique

L’infirmerie du poste de commandement des FDP était en effervescence, les derniers combats contre les envahisseurs xénos produisaient un flux ininterrompu de blessé. Les médecins allaient et venaient les mains pleines de sang et l’air dépités. Le quart des hommes que l’on amenait ici ne passaient même pas sur le billard, les trois quart des chanceux qu’on opérait ne survivaient pas.
Les blessures affligées par ces créatures semblaient ne pas pouvoir guérir, la gangrène menaçait toute entaille ou écorchure… Sans parler des simples mutilations telles que bras en moins, trou de griffe dans l’abdomen… Rien qu’un médecin, même militaire ne pourrait être prêt à gérer.

Au fond d’un couloir de plastacier, une porte close, gardée par deux soldats lourdement armés renfermait pour tant un homme qui pourrait être sauvé. Mais plutôt dans la matinée, une femme, habillée de noire et escortée de ces soldats sans expression derrière leur lourde visière avait verrouillé l’endroit. L’homme, un sergent récupéré la veille par une patrouille, était dans un coma profond. Des brûlures et des hématomes indiquaient surement qu’il avait perdu connaissance suite à une forte explosion, mais très vite plus aucun contact ne fut autorisé. Seul information, la plaque d’identification avait été récupérée, elle indiquait qu’il s’agissait du sergent Ranek du 2e régiment des FDP.

Dans la salle isolée, le corps inerte mais toujours vivant du sergent gisait sur une table d’autopsie. Autour de lui se trouvaient trois soldats des troupes de choc de l’inquisition et une femme en tenue noire. Cette dernière se tenait à la tête de la table, les mains posée sur les tempes du soldat comateux. Elle était une psyker de l’inquisition, elle avait été envoyée pour sonder l’esprit du soldat pour en retirer tous les souvenirs de la mission de reconnaissance 512.

Soudain elle bascula sa tête en arrière, les yeux retournés dans leurs orbites, bouche ouverte. Elle avait établi le lien avec l’hôte, plus qu’à retirer les informations.

Puis elle commença à bredouiller quelques mots… Bunker… Inquisition… Combats… Tyranides… Humains… Puis elle se calma et sembla reprendre difficilement ses esprits. Elle s’écarta du blessé et entrepris la rédaction d’un rapport. Derrière elle, un des soldats s’empara d’une seringue de morphine et la planta dans le sac de solution saline reliée par intraveineuse à Ranek. Peu après, le moniteur cardiaque fit quelque à-coup puis s’éteignit, laissant un long et monotone « bip » raisonner dans la pièce.

Sur un data pad, la psyker commençait à retranscrire ce qu’elle avait pu capter lors du lien mental et ceci telle que le sergent aurait pu le raconter.

Le bunker inconnu était étrangement bien camouflé, les occupants s’étaient donné bien du mal à dissimuler cet endroit et ce qu’il pouvait contenir. Après avoir établi un périmètre de sécurité autour de l’entrée nous sommes entrés en formation serrée. Nous avions tous amené un lance-flammes et chaque escouade de commandement avait des armes spéciale. Fuseur, plasma et lance-flammes lourd étaient de la partie. Je dois dire que j’étais rassuré de savoir que nous avions cet arsenal avec nous. En fin de colonne, une escouade d’appuis feu, armée de lance-missiles, nous suivait sans trop savoir ce qu’elle faisait là. Les couloirs étaient bien trop étroits et sinueux pour utiliser à bon escient leurs armes…
[15 minutes de déplacement, retranscription non relevante, suite de blague, calambours et insultes entre soldats]
Nous sommes alors arrivés au deuxième niveau, les auspex indiquaient cinquante mètre sous la terre. Les lieux étaient déserts, une sale odeur se faisait sentir, mais rien de semblait en être la source. Une suite de salle de repos, salle d’entraînement et de réfectoires se succédaient. Une porte blindée donnait sur un niveau inférieur.
[5 minutes inutiles au présent rapport]
Nous arrivâmes alors dans une sorte de dépôt. Une vaste salle assez grande pour y loger trois baneblade et tout autant en hauteur! Le premier être vivant fut aperçu dans ce hangar, un mouvement quasi imperceptible dans la pénombre. Les gars étaient à cran et très vite les premiers tirs furent partis. L’inspection des lieux nous appris qu’en fait nous avions exterminé une nuée de rats qui se délectaient d’un cadavre humain. L’homme n’était plus du tout reconnaissable, mais il semblait à tout prix vouloir actionner un levier de commande, un inscription indiquait « ouverture sas ». Le chef de patrouille ordonna d’ouvrir le sas en question, tout en nous préparant à trouver quelque chose d’horrible de l’autre côté. Il n’en fut rien…

La lourde porte blindée s’ouvrit en nous laissant découvrir une cascade d’eau, ouvrant le bunker sur un étroit mais profond canyon. Nous comprîmes alors que nous nous trouvions sur une plateforme d’atterrissage pour véhicule antigrave. Voilà comment les opérations pouvaient être menées dans ce bunker sans éveiller de soupçons, les radars ne pouvaient pas observer l’intérieur du canyon.

Le lieutenant nous rappela vite à l’ordre et nous fit reprendre la progression. La section suivante du bunker se séparait en deux, d’un côté vers le poste de commandement et de l’autre vers les générateurs. Le groupe de reconnaissance se divisa en deux. Le lieutenant pris une section et les lance missile et partis sur les générateurs. Le sergent Kathan dirigea l’autre groupe vers le poste de commandement avec mon escouade et les deux autres restantes.

Nous progressâmes assez rapidement dans un long couloir droit, lorsque nous entendîmes des coup de laser sur notre droite. Le groupe du lieutenant avait ouvert le feu.

En ouvrant la porte de la première salle des générateurs, les hommes tombèrent sur une nuée de vorace xeno. Les hommes avaient vite réagi et ouvert le feu, éliminant un bon tiers des bestioles lors de la première salve. Toutes fois cela ne sembla pas ralentir le moins du monde le reste des xenos.
Pris de panique, les lance-missile firent feu à la sous munition, mais leurs missiles touchèrent les murs déversant un déluge de shrapnel sur leurs propres hommes. Puis les voraces lancèrent l’assaut… Mais le lieutenant repris le contrôle de ses homme et ordonna de tenir la ligne, un déluge de tir précis finit l’assaut aussi vite qu’il avait commencé.

Le lieutenant pris contact avec nous et nous expliqua le type d’ennemi que nous allions rencontrer. Malheureusement, les voraces n’étaient pas détectables par les auspex. Seul cinq signaux lointains étaient mesurables sans aucune indentification possible.

La reconnaissance continua, nous arrivâmes devant la porte du PC lorsque l’auspex se mit à siffler. Nous avions atteint la distance d’identification et deux problèmes arrivaient… Deux escouades de 10 stealers fonçaient sur nous en tenaille. Nous nous sommes alors mis en position pour les accueillir. La première escouade se lança sur les stealer en leur infligeant relativement peu de dégâts, et très vite celle-ci se fit anéantir. Avec mon escouade, nous fonçâmes sur l’ennemi, couvrant notre avancée par un déluge de tirs. Deux ou trois créatures tombèrent sous les tirs mais très vite nous fîmes au corps-à-corps. Sans même comprendre ce qui nous était arrivé, nous avions gagné le combat. L’ennemi faisait volte-face et fuyait dans les couloirs. Je me souviens relever le soldat Oper qui était grièvement blessé et lui dire que nous avions mis en déroute une escouade de stealer. Voilà qui allait faire de lui un héros à notre retour au camp… Mais deux minutes plus tard, il s’effondra pour ne jamais se réveiller.
Puis l’auspex sembla se dérégler, un brouillage rapide noirci l’image puis elle revint, mais deux nouveaux signaux étaient apparus. Des Lictors nous avaient allégrement laissé passer pour nous surprendre à revers. Deux de ces créatures quasi invisibles se trouvaient maintenant dans nos rangs.
Le lieutenant annonça que le Lictor apparut derrière lui était en joue et que son heure était venue. Mais de notre côté, le monstre avait déjà tiré ses dars empoisonnés avant que nous ne réagissions. Nous perdîmes trois hommes dans la pleine confusion, mais nous avions maintenant l’initiative. Oui, il avait réussi à nous surprendre, mais la fuite de ses semblable nous laissa toute oisiveté a l’aligne avec toutes nos armes. Si bien qu’il se retrouva sous un déluge de feu. Une quinzaine de fusils laser tirèrent à pleine cadence, ne laissant qu’un amas de chaire noircie là où se trouvait le Lictor.
Puis nous entendîmes le bruit reconnaissable parmi tant de lance-plasma ionisant l’atmosphère environnante. L’escouade du lieutenant avait fait feu. Toutes fois seules quelques blessures furent faites et le lictor se rua sur l’escouade de commandement, mais la configuration des couloirs lui était défavorable. Les cinq homme le mirent en joue et l’envoyèrent ad patres avant même le premier coup de griffe. Ainsi nous nous retrouvâmes à 25 hommes contre le dernier groupe de stealer. Mais alors que nous allions progresser sur eux, la porte de l’armurerie fut ouverte et une nouvelle vague de voraces nous tomba dessus. L’escouade du sergent Kathan était en première ligne et ne put rien faire. Vite débordés ils succombèrent… Mais comme nous l’avait enseigné le code militaire, nous avions déjà préparé la salve de contre charge. Oui nous perdîmes cinq valeureux hommes cette fois-ci, mais ils nous avaient permis d’aligner et d’exterminer leur assaillant tel le tir au pigeon du stand de tir. Ce fut le tour des stealers restants, malgré un apprentissage rigoureux de nos tactique et une parfaite formation permettant d’éviter nos lance-flammes, ils périrent non sans emmener avec eux certains des nôtres…

Le lieutenant nous demanda alors de se regrouper. L’effectif du groupe de reco n’était plus que d’une vingtaine d’hommes. Progressant par couvert mutuels, nous arrivâmes à une salle d’où émanait un fort signal énergétique, quelle ne fut pas notre surprise en y entrant et en découvrant deux peaux-verte enfermés dans des cages énergétique. Après s’être concerté, nous décidâmes de mettre fin à l’hérésie que représentaient leur présence. Neutralisant les champs de rétention un à un, les orks n’eurent aucune chance et furent exécuté sans sommation.

Le lieutenant nous indiquait alors que seule deux pièces étaient encore non explorées, mais l’accès à la zone des laboratoires, selon les inscriptions murale, était bloqué. Une porte anti explosion nous barrant la voie. Les servants de plasma avaient bien tenté de faire sauter tout cela, mais rien n’y faisait. Il fallait se résoudre et continuer sur notre lancée vers la dernière salle.

Alors même que le lieutenant s’approcha de la porte, une voix robotique se fit entendre.
« Identification, les scanners indiquent une forme de vie humanoïde ? »
Le lieutenant s’identifia par son grade et incorporation, puis nous attendîmes une dizaine de seconde avant d’entendre la porte se déverrouiller et s’ouvrir. De l’autre côté se trouvaient cinq soldats des troupes de chocs de l’inquisition, ainsi qu’un space marine, le schéma de couleur de son armure ne laissa aucun doute, la deathwatch…

Le lieutenant esquissa un sourire, s’apprêtant à saluer nos compagnons lorsque les space marine ordonna à ses homme d’ouvrir le feu.
« Soldats, les dessins de l’ordo ne doivent en aucun cas être découverts. Nous attendions des renforts, mais il semble qu’ils ne viendront jamais ! Pour Terra achevez-les ! »
Nos hommes de tête tombèrent sous les tirs de fusils radian et des bolts trouèrent le crâne de l’homme juste devant moi. Par reflexes, nous ripostèrent… Le facteur nombre était de notre côté, le groupe de l’inquisition, serré dans la pièce où ils se trouvaient n’avaient aucune chance. En une seule phase de tir, nous ajoutâmes les cadavres de ces escrocs de l’inquisition au lourd tribut de la mission.
Le space marine laissa échapper alors une sorte de digicard, laissant libre passage pour finir notre exploration des lieux. Repartant sur nos pas, les auspex se remirent à siffler à tout va ! Une nouvelle vague xeno venait de pénétrer la zone. Elle arrivait par là d’où nous venions et coupait toute retraite. Les servant de lance missile les mirent en joue, profitant de la longueur du couloir central pour tirer leurs missiles, mais rien n’y faisait, à part couper une des pattes à un de ces monstres, ils avançaient. Les cris de douleur des six hommes de l’escouade d’appuis résonnent encore dans ma tête. Toutes fois, par un mouvement de tenaille, nous alignèrent les xenos en feu croisé, ne leur laissant aucune chance. Mais voilà, encore six hommes de perdus… Finalement ce n’était qu’à dix que nous approchâmes de l’ultime salle des laboratoires.

La digicard du space marine ouvrit effectivement le sas, et nous purent alors découvrir la raison de toute cette mission. Devant nous se trouvaient une salle remplie de cellules tubulaires, pleine de liquide dans lequel flottaient des créatures indéfinissables… Certaines ressemblant à des hommes auxquels on aurait greffé des organes xeno, dans d’autres on pouvait voir l’inverse, une tête d’humain trônait au sommet d’un corps de xeno. Mais au fond de la pièce, siégeait une cellule vide, le verre avait éclaté et laissé sortir la créature qui y vivait… Les informations que nous avons pu récolter ne nous apprîmes que le nom donné à la chose en liberté. Le T-Tyrant ! Mais alors même que nous allions rebrousser chemin pour rendre compte de ce que nous venions de voir, la bête sorti de la pénombre. Une créature massive, caparaçonnée et équipée de membres griffus bien trop effrayants pour être décrits.

Dans un mouvement de fuite, nous sortîmes de la salle, mais elle nous avait rattrapé et anéantis le reste de la première escouade. Nous remarquâmes tout de même que son fort blindage lui imposait un mouvement plus lent que la normale. Utilisant cet avantage, nous nous lancèrent dans une partie de chat et la souris dans les couloirs du complexe. Nous ne pouvions partir en laissant cette chose en liberté, mais il semblait que nous ne pouvions la tuer…
[Le sergent Ranek fait mention d’une course poursuite et d’une fusillade durant près de dix minutes. La créature ne semblant pas ressentir les blessures qu’ils lui infligeaient]
Soudain, la lumière s’eteignit et une éclérage rotatif orange se mit en route. Une voix au haut-parleur pris alors le dessus sur le vacarme de tirs.
« Selon l’ordre bêta-47, le projet T-Tyrant a pénétré la zone hors de contrôle et les mesures de sécurité y relative sont entrée en vigueur. Veuillez regagner la zone d’évacuation… Auto destruction du complexe dans une minute. 59 secondes. 58 secondes. …»

Laissant à son sort la bête, le lieutenant nous ordonna de rejoindre la sortie. Le risque de laisser échapper la créature devint moins important que de ramener au QG les informations sur le complexe. Nous courions aussi vite que possible, mais le compte-à-rebours s’égrainait plus vite que notre fuite. Arrivé au hangar des antigraves, le chiffre fatidique de « zéro » fut atteint et la dernière chose que je me souviens, c’est me voir traverser la chute d’eau camouflant l’entrée et tomber vers le fond du canyon…

[La connexion psychique avec le sergent Ranek se termine ici. Plus aucun souvenir n’existent après la chute. Le rapport indique qu’une patrouille fluviale a repêché le sergent environ dix kilomètres en aval du canyon, il était déjà dans un coma profond.

Fin de retranscription !]

La psyker confia le datapad à un de ses hommes et ordonna le repli immédiat. Le corps du sergent gisait maintenant seul dans la pièce, définitivement endormi.

Citation :
A quelques centaine de kilomètre de là, dans un bureau de commandement.
L’Inquisiteur Syrus Hornstein attendait anxieusement les résultats de l’opération au bunker. Plongé dans ses pensées, il ne remarqua que tardivement le verre d’amassec que lui tendait Markus, son savant. Au coin de la pièce, le capitaine Xanthus de la Deathwatch, engoncé dans son armure énergétique, semblait parfaitement détendu compte tenu de la situation. Alors que les deux hommes buvaient sans mot dire, le magos Ærtos entra vivement dans la pièce un dossier à la main.
- C’est terminé, Inquisiteur. L’opération est un succès complet ! Je vous annonce enfin que le T-Tyrant est engageable.
En disant ces mots, le technoprêtre tendit le dossier à l’Inquisiteur qui se décrispait enfin alors que cette opération longue de plusieurs mois prenait fin à ce moment. Hornstein ouvrit la pochette et prit connaissance des conclusions tandis que Markus passa derrière lui afin de lire par-dessus son épaule.
- Rendons grâce à Sa volonté, Markus. On n’aurait pu s’attendre à un meilleur bilan. Cette arme est incroyable !
- En effet Syrus, ton projet est un réel pas en avant, concéda le savant. Et vous dites que les prochains Tyrants seront prêts dans un mois ?
Ærtos acquiesça de la tête quand Xanthus le coupa :
- Quelles sont les pertes ? Questionna-t-il d’un ton grave.
- Un groupe de reconnaissance des FDP est mort dans ce bunker, capitaine. On parle aussi d’un survivant : le sergent Ranek a été retrouvé dans le coma.
- Si peu ?! S’exclama l’Inquisiteur apparemment satisfait. Moi qui avais tablé sur une compagnie… Décidemment, vous êtes annonciateur de bonnes nouvelles Magos.
Le capitaine Xanthus, le visage renfrogné, reprit alors la parole.
- Simples dommages collatéraux. Je parlais de nos hommes à nous. Avons-nous des morts ?
- Une équipe, oui. Les FDP sont arrivées trop tôt, annonça Markus le rapport entre les mains. Bravo s’est fait prendre en tenaille par les xénos et les gardes.
- Nous honorerons les hommes morts pour le Trône, annonça solennellement Hornstein, mais il reste encore beaucoup à faire. Markus, l’équipe accompagnat ta psyker a bien fait son boulot ? Ce sergent ne nous causera pas de problèmes ?
- Aucun, vous pouvez en être sûr !
- Quand à vous, Magos, essayez d’accélérer le processus des T-Tyrants, j’en veux un pour mon prochain engagement.
Les deux hommes acquiescèrent et sortirent du bureau afin de vaquer à leurs occupations tandis que l’Inquisiteur et l’Astartes commencèrent à discuter des nouvelles possibilités stratégiques liées au T-Tyrant.

_________________

THX to Mellanius
Revenir en haut Aller en bas
Tirésias
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 1309
Age : 29
J'habite à: : Forteresse-Monastère Albiréo
Je joue à: : WH40k, WHB, et a la marelle.
Mes armées sont: : BT, Tyty, Tau, Bretonnie, nains

Date d'inscription : 12/09/2007

MessageSujet: Re: [tour 3] Tirésias VS Ortica - Un bunker mystérieux   Jeu 28 Juil - 19:26

Citation :

La section suivante du bunker se séparait en deux, d’un côté vers le poste de commandement et de l’autre vers les générateurs. Le groupe de reconnaissance se divisa en deux. Le lieutenant pris une section et les lance missile et partis sur les générateurs. Le sergent Kathan dirigea l’autre groupe vers le poste de commandement avec mon escouade et les deux autres restantes.

Spoiler:
 


Citation :
En ouvrant la porte de la première salle des générateurs, les hommes tombèrent sur une nuée de vorace xeno. Les hommes avaient vite réagi et ouvert le feu

Spoiler:
 


Citation :
Deux escouades de 10 stealers fonçaient sur nous en tenaille. Nous nous sommes alors mis en position pour les accueillir.

Spoiler:
 

Citation :
...très vite nous fîmes au corps-à-corps. Sans même comprendre ce qui nous était arrivé, nous avions gagné le combat. L’ennemi faisait volte-face et fuyait dans les couloirs. Je me souviens relever le soldat Oper qui était grièvement blessé et lui dire que nous avions mis en déroute une escouade de stealer.

Spoiler:
 

Citation :

Puis nous entendîmes le bruit reconnaissable parmi tant de lance-plasma ionisant l’atmosphère environnante. L’escouade du lieutenant avait fait feu. Toutes fois seules quelques blessures furent faites et le lictor se rua sur l’escouade de commandement, mais la configuration des couloirs lui était défavorable. Les cinq homme le mirent en joue et l’envoyèrent ad patres avant même le premier coup de griffe.

Spoiler:
 

Citation :
... la porte de l’armurerie fut ouverte et une nouvelle vague de voraces nous tomba dessus. L’escouade du sergent Kathan était en première ligne et ne put rien faire. Vite débordés ils succombèrent…

Spoiler:
 

Citation :
...quelle ne fut pas notre surprise en y entrant et en découvrant deux peaux-verte enfermés dans des cages énergétique. Après s’être concerté, nous décidâmes de mettre fin à l’hérésie que représentaient leur présence. Neutralisant les champs de rétention un à un, les orks n’eurent aucune chance et furent exécuté sans sommation.

Spoiler:
 

Citation :
De l’autre côté se trouvaient cinq soldats des troupes de chocs de l’inquisition, ainsi qu’un space marine, le schéma de couleur de son armure ne laissa aucun doute, la deathwatch…


Spoiler:
 
(déçut de ne pas avoir de meilleur images de cette équipe de l'inquisition, désolé)


Citation :
La digicard du space marine ouvrit effectivement le sas, et nous purent alors découvrir la raison de toute cette mission. Devant nous se trouvaient une salle remplie de cellules tubulaires, pleine de liquide dans lequel flottaient des créatures indéfinissables… Certaines ressemblant à des hommes auxquels on aurait greffé des organes xeno, dans d’autres on pouvait voir l’inverse, une tête d’humain trônait au sommet d’un corps de xeno. Mais au fond de la pièce, siégeait une cellule vide, le verre avait éclaté et laissé sortir la créature qui y vivait… Les informations que nous avons pu récolter ne nous apprîmes que le nom donné à la chose en liberté. Le T-Tyrant ! Mais alors même que nous allions rebrousser chemin pour rendre compte de ce que nous venions de voir, la bête sorti de la pénombre. Une créature massive, caparaçonnée et équipée de membres griffus bien trop effrayants pour être décrits.

Spoiler:
 


Merci infiniment pour ce magnifque texte, plein d'immersion et de fidélité!

HA!!!! et avant de vous quitter, voici la photo du jour (pas de face malheureusement!) Les héros de la partie dont fait partit le sergent Rayek, courant dans les couloirs pour échapper en vain à l'explosion du complex. Pour rappel ils ont mis en déroute 2 charges de gene et 1 charge d'un Lictor!

Spoiler:
 

_________________
"Parceque les pages entières de fofo ou l'on dit qu'il ne faut pas mettre le pendentif de schmilblik mais plutôt la couronne de Gignatz avec l'anneau du Tromorfale..."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [tour 3] Tirésias VS Ortica - Un bunker mystérieux   

Revenir en haut Aller en bas
 
[tour 3] Tirésias VS Ortica - Un bunker mystérieux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [tour 3] Tirésias VS Ortica - Un bunker mystérieux
» [tour 3] Tirésias VS Ortica - Guerre énergétique
» [tour 6] Atlas-Tirésias
» Rapport Spartan-Tirésias
» 7DTD - le mystère du mystérieux bunker (attention, c'est très mystérieux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les jeux :: Le jeu de figurine :: Organisation des rencontres :: Campagnes :: Tertius Veridian :: Rapports de mission-
Sauter vers: